Aller au contenu principal
JEU.6déc. 18H30

Klone Unplugged + CLOUD CUCKOO LAND

Gratuit Restauration
Terminé
concert  / 
début du concert à 19h30
petite scène
Partager

klone unplugged

L’exercice unplugged ne se résume pas au simple fait de débrancher les guitares électriques. Klone l’a bien compris. Son dernier album studio en date avait déjà ouvert la voie à une musique plus posée, et à des arrangements qui laissent respirer chaque note. Quand l’occasion d’ouvrir pour Anneke Van Giersbergen s’offre à eux sous la forme d’un set acoustique, le groupe se lance dans de nouveaux arrangements, et invite Armelle Dousset (accordéon, claviers et percussions) à se joindre à l’aventure pour interpréter ces chansons revisitées, tirées de Here Comes The Sun et The Dreamer’s Hideaway. Les performances effectuées en mai 2016 remportent un franc succès. Le groupe ne pouvait s’arrêter en si bon chemin. Il décide de réaliser son Unplugged, sans filet. Enregistré au Théâtre de la Coupe d’Or de Rochefort, ce disque comporte 9 morceaux interprétés en live, ainsi que deux chansons réalisées en studio (dont une version apaisée du « People Are People » de Depeche Mode). Cette nouvelle expérience sonore fait donc suite au sublime Here Comes The Sun encensé par la critique (« leur meilleur album à ce jour » selon Metal Hammer), qui a permis au groupe d’accompagner Devin Townsend sur les routes d’Europe, et de jouer au Roadburn Festival aux côtés de Neurosis. Désormais, la musique de Klone se savoure de deux manières : avec ou sans saturation. Une véritable expérience sensorielle.

CLOUD CUCKOO LAND

Dans la comédie d'Aristophane « Les Oiseaux » (414 av.J-C), « Cloud-Cuckoo-Land » est l'adaptation anglaise de la ville Néphélococcygie, une ville aérienne fondée entre ciel et terre par les oiseaux pour faire obstacle aux relations entre les hommes et les Dieux.
Parfois aérienne ou aquatique, sur quelques titres très épurés concrête et terrienne, brûlante dans certaines envolées, la musique de Cloud Cuckoo Land est un voyage au cœur du sensible et des éléments. Du point de vue de l'écriture, très peu de narration. Des images, comme tout droit sorties d'un rêve éveillé. Un concept très clair, ou comme une sorte de thématique récurrente , celle de la frontière. Entre réel et imaginaire, entre l'enfance et le monde adulte, entre le visible et l'invisible, le clair et l'obscur, ce premier album se trouve profondément intimiste et onirique.
Ils s'étaient déjà croisés quelques années auparavant. Lui, cherchait à monter un projet acoustique avec une voix féminine. Elle, souhaitait revenir à la musique. C'est en 2010 que Guillaume Bernard (compositeur et guitariste du groupe « Klone ») et Mélusine Fradet (Comédienne et chanteuse), décident de se rencontrer. Un week end d'automne, ils s'enferment, une guitare, un micro, quelques esquisses d'enregistrement. La rencontre artistique et humaine est évidente, les univers étonnament similaires. Ils se comprennent. Ils se quittent sans trop savoir où tout cela les mènera, mais persuadés qu'il y a quelque chose à créer. De ces premiers essais , restera le premier refrain de « Give up the ghost » .
En 2016 , après quelques années de recherche et une dixaine de compositions à leur actif, ils décident de sortir leur premier album.