Aller au contenu principal
VEN.24janv. 20H302020
Festival Du Bleu en Hiver

Impérial Orphéon + Notilus

14€
Organisateur : Du Bleu en Hiver
Des Lendemains Qui Chantent salle - 450 places debout
Partager

Impérial Orphéon

Impérial Ophéon est une formation atypique à l'énergie explosive.
Ces quatre musiciens poly-instrumentistes virtuoses et à la complicité sans faille nous embarquent dans un concert qui devient vite une invitation à la danse, au son d'une musique puissante et généreuse.

Sortie du creuset de la bouillonnante Compagnie Impérial, Impérial Orphéon s’affirme depuis plus de huit ans comme une formation atypique à l’énergie explosive. Ces quatre musiciens poly-instrumentistes virtuoses, à la complicité sans faille, vous embarquent dans un concert qui devient vite une invitation a la danse, au son d’une musique puissante, généreuse et inattendue à travers des folklores de tous bords : aux emprunts brésiliens se mêlent des transes orientales, les valses s’invitent dans des grooves magnétiques, des mélodies lyriques planent sur une pop héroïque ; le Fantôme de l’Opéra rode gaiement dans la sphère de ces doux allumes, tout comme l’esprit du jazz régulièrement invoque dans ce kaléidoscope sonore des plus mirifiques.

Depuis, Impérial Orphéon a fait pas loin de 200 concerts à travers la France, mais aussi en Espagne, Lettonie, Lituanie, Estonie, Biélorussie, Finlande, Guatemala, Honduras, Salvador, Panama.
Un groupe qui a joue dans les cafés concerts, les clubs de jazz, sous des chapiteaux, dans des scènes nationales, dans la rue, dans de nombreux festivals.
Son univers musical lui a permis de briser les barrières stylistiques propres a certains lieux de diffusions. Non identifié dans un genre, le groupe joue aussi bien dans des salles pluridisciplinaires, des festivals de cirque, de rue, de jazz, des ballades musicales. C’est une réelle force de proposition qui les emmène à croiser tous les publics, de tous les âges.

Notilus

Bienvenue à bord !

Attachez vos ceintures, et fermez les yeux.

Direction le centre de la Terre, direction les pentaquarks, direction le fin-fond du bout des sommets glacés de Pluton et au-delà. Le voyage est intergalactique, progressif, électronique, rétro-futuriste et énergique. Le vaisseau spacio-temporel vintage fait quelques haltes sur les planètes Jazz, Trap, 70's, Bass, Dark et Psyché. Soyez prêts à braver les tempêtes solaires !

Notilus porte le nom du sous-marin imaginé par Jules Verne dans 20000 lieux sous les mers (le Nautilus guidé par le Capitaine Nemo), mais il évoque avant tout l’idée de l’exploration des grands espaces, de la solitude du scaphandrier avançant sans peur dans un milieu hostile. Imaginer et décrire les sensations devant ces paysages de terres inexplorées est véritablement un vecteur de composition. La dimension cinématographique est indéniable.

Tradition & Science-fiction / Proche & Lointain

En effet, lorsqu'on regarde par le hublot se dessinent au loin nébuleuses et trous noirs, galaxies et pulsars.Les 5 musiciens de Notilus illustrent la fascination ressentie par l'explorateur lorsqu'il se confronte à l'inconnu, lorsque face à ses yeux se déploient les merveilles du cosmos et que les mots deviennent alors insuffisants...

La bande son du voyage fait se mélanger musiques électroniques d'hier et d'aujourd'hui avec la chaleurs de ces vieux objets que sont les cuivres et la batterie.

Des résidus de musiques traditionnelles de la planète bleue rencontrent des basses puissantes, synthétiseurs et arpeggiators dansent avec les mélodies du cœur humain.

Homme & Machine

C'est bien à l'époque de Jules Verne que la problématique technologique s'impose comme un thème de réflexion majeur. L'industrialisation, la mécanisation du travail et les grandes inventions du XIXème siècle posent déjà la question du rapport de l'homme à la machine. Aujourd'hui, cette thématique est cruciale, mais au fond elle n'est que l'aboutissement d'un processus né il y a plus d'un siècle déjà. Notilus aborde en musique cette confrontation avec tout ce qu'elle comporte d'interrogations, d'inconnues, de frottements, et donc d'excitation.

"Et, à l’instant où l’horizon, juste au nord, coupait en deux parties égales le disque solaire, il (…) déployait un pavillon à l’étamine brodée d’un N d’or. Au large flottait un bateau sous-marin qui s’appelait Nautilus et dont le capitaine s’appelait le capitaine Nemo."

Jules Verne