Aller au contenu principal
Votre navigateur est obsolète. En conséquence, ce site sera consultable mais de manière moins optimale qu'avec un navigateur récent.
> Mettre à jour son navigateur maintenant.
jeu. 2 avril 2020
20H30

Bertrand Belin + ROBI

En Coproduction avec l'Empreinte, Scène Nationale Brive-Tulle

Reporté
Organisateur : Des Lendemains Qui Chantent
Des Lendemains Qui Chantent salle - 450 places debout
Partager

Persona
Comme personnes.
Comme personnages.
Comme une percée, sous les masques.
Comme un sonar, des autres et de soi
Persona : tout personnel.

Persona est le sixième album de Bertrand Belin, treize ans après l’inaugural Bertrand Belin. Dans l’intervalle, il y a eu Cap Waller, Parcs, Hypernuit, La Perdue. Et autant de tournées, du cinéma aussi, du théâtre, des bandes originales, des collaborations-compagnonnages, deux romans - le troisième paraîtra en même temps que Persona. Mouvement incessant de celui qui cherche, sonde, songe, se pose et s’élance. Mouvement de vivant qui n’a de cesse de le rester. Bertrand Belin de Quiberon amarré à Paris depuis vingt ans, passe sa vie à passer des cap

Bertrand Belin

Auteur compositeur interprète et écrivain, Bertrand Belin a déjà publié cinq albums.
Familier du hors-piste, il a également collaboré avec de nombreux créateurs pour le cinéma, la danse, et le théâtre.

Après « Requin » (2015) et « Littoral » (2017), son troisième roman « Grands Carnivores » paraîtra à la rentrée de janvier 2018 aux éditions P.O.L.

Autour de la tournée de 140 dates qui a couronné son précédent album « CAP WALLER », enregistré aux côtés de Shez Sheridan à Sheffield, Bertrand Belin a composé la musique de 4 long-métrages (Ma vie avec James Dean, ZouZou, Aurore, Autour de Luisa) et tourné en qualité d’acteur dans 3 films (Ma vie avec James Dean, Autour de Luisa, Antoine Antoine Antoine).

Plus récemment, il a interprété Billy the kid dans un opéra de Gavin Bryars écrit sur-mesure aux côtés de la soprano internationale Claron McFadden et de l’ensemble Les Percussions Claviers de Lyon.

Il donne aussi de nombreuses lectures, et son rapport à la littérature l’a naturellement conduit à rencontrer Rodolphe Burger auprès duquel il a enchaîné les apparitions.

ROBI

Robi ressemble tout entière à sa musique, à moins que ce ne soit l’inverse. L’une et l’autre sont éprises de franchise et d’absolu, puisant leur force dans leurs contradictions intimes. Avec ce troisième album, Traverse, elle chante l’été en réponse à l’hiver d’autrefois, cherchant désormais moins le contraste et le tranchant que l’équilibre et l’harmonie..


Robi n’a jamais su faire semblant. Elle n’est pas de ces artistes qui se plient aux modes de l’instant mais de ceux qui suivent leur instinct profond, traquant sans relâche les vérités les plus nues. Habile à faire sonner les espaces entre les mots, elle scrute ses propres failles avec une lucidité implacable pour mieux parler aux nôtres. Préférant faire siens les moyens dont elle dispose plutôt que de se plier aux codes d’une industrie volontiers frileuse, elle s’inscrit dans une famille musicale où partage est le maître mot : qu’elle réalise des clips pour elle-même ou pour d’autres (Superbravo, Maud Lübeck, Maissiat), prête son tube « On ne meurt plus d’amour » à la revue du cabaret Madame Arthur ou fonde avec Emilie Marsh et Katel le label 100% féminin FRACA !!!.

Robi nous offre avec cet album accueillant et solaire une forme de memento mori qui semble nous dire : buvons, dansons à chaque seconde que la mort n’aura pas. Avec Traverse, sa musique reflète plus que jamais la femme, la mère, l’artiste qu’elle est aujourd’hui, engagée sur un chemin qui s’affirme, d’album en album, n’être résolument que le sien. L’élégance.