Aller au contenu principal

Poumon, duo inspiré

Publié le 08/03/2019
Partager

Poumon a passé cinq jours entre les murs Des Lendemains pour une session de travail intense. Plusieurs chantiers étaient en cours pour le duo : un travail de fond sur les sons des tracks, l’appropriation scénique, la création des illustrations des différents chapitres musicaux à sortir et enfin une création lumière. Bref, un programme plus que chargé !

Mais on prend le temps de causer un moment avec Vincent et Emilie pour mieux vous les faire connaître :

Les Influences de Poumon :

Vincent : Pour moi le cheminement est assez clair, ça démarre au collège avec le gros son de groupes comme Slipknot, Marilyn Manson, les Deftones ou Korn. Cette catégorie de groupe qu’on écoutait à ce moment là et qui donne envie de prendre une guitare ou une basse et de faire un groupe pour jouer très fort ! Et puis plus tard, au lycée je me suis mis à écouter Massive attack, The Prodigy ou les Chemical Brothers, tous ces gens talentueux qui font de l’électro avec une masse considérable d’influences hyper variées.

Emilie : Et puis il y a le Hiphop aussi, ça a beaucoup compté. On vient tout les deux de la Réunion, de zones ghettos de l’île, où il avait beaucoup de gros hiphop qui tournait à  balle dans les quartiers. Et même si ce n'était pas forcément le style vers lequel on serait allé en premier, ça a eu un gros impact sur qu'on est et ce qu'on fait. 

Les actus du groupe :

Vincent et Emilie : La grosse actu de l’année c’est la sortie de notre premier album que l’on prévoit pour la rentrée prochaine. Il va s’appeller Perfect Judas. A plus court terme on a plein de dates en avril, on bosse pour être prêt. Cette semaine on essaie particulièrement d’avancer sur la question de la lumière. Notre éclairagiste est en train de concevoir un système que l’on pourra gérer nous même et qui sera un vecteur de notre univers. Il modélise toute l’installation, et il la fabrique avec son imprimante 3D et tous ses composants électroniques. Il fait naître devant nous les modules qui seront à nos côtés sur scène.

La Collab’ ou le feat de rêve :

Vincent : On adorerait faire un track avec un membre de Massive Attack, ce serait incroyable de l’avoir avec nous sur un album.
Emilie : Pour tout dire on est en train d’essayer de rentrer en contact avec lui et de le convaincre... Il y a l’univers de la mode qui nous branche beaucoup aussi. On adore Balmain par exemple, et puis il y a pleins de jeunes couturiers designers italiens qui arrivent en ce moment qui ont un talent fou. L’Italieva devenir le nouveau Paris de la mode.

Les copains sur la route :

Emilie : On bosse beaucoup avec Ulrich. On est très proche d’eux, c’est des potes. C’est un groupe de post punk. Ils nous donnent plein de coups de mains sur le développement de Poumon, pour l’enregistrement par exemple ils ont été très présents. On a partagé pas mal de dates aussi avec eux et quand on joue pas ensemble, on va voir leurs concerts et ils viennent aux nôtres !

Vincent : Je pense à Tallinn aussi, c’est un gars qui produit et qui a plein de groupes, il a joué dans Be Quiet par exemple. C’est un super mec avec qui on se comprend, on a parfois l’impression d’être fait pareil, c’est un œil extérieur vraiment très précieux. Il est batteur, on aimerait pouvoir faire quelque chose avec lui en live.

Votre meilleur souvenir de live en spectateur :

Vincent : Sans hésiter pour moi c’est Massive Attack aux Arènes de Nîmes en juillet 2018. Je connais les albums par coeur depuis le lycée mais en live il y a une nouvelle dimension qui s’est ouverte. A partir du moment où le concert a commencé j’étais plus là. Il s’est passé un truc inouïs, je ne pensais plus à rien d’autre, le monde qui m’entourait n’existait plus.


Emilie : Je pense au concert de The Prodigy au festival Sonisphere au Royaume-Uni en 2014, je me suis mangé une méchante claque. Je la sentais venir, mais pas autant ! Et je pense aussi à Deftones que j’ai vu le lendemain même. Chino Moreno chantait à trois mètres de moi, je m’en suis pris plein la tronche.
Et puis ensemble on a vu Crystal Castle au Krakatoa à Bordeaux, c’était le chaos ce soir là, c’était génial.


Poumon est accompagné par le Collectif Vacances Entropie, structure tulliste, pour le développement de leur projet.